Jean Arthuis (alliance centriste) ne rejoindra pas Borloo et Morin

Publié le par Site du Mouvement Démocrate de l'Aube

Arthuis ne rejoint pas Borloo et Morin

AFP
02/07/2011 | Mise à jour : 19:45 

 

François Bayrou (MoDem) et Jean-Arthuis (AC) ont affiché leur proximité ce samedi à Angers au congrès de l'Alliance centriste, qui a décidé de ne pas rejoindre la Confédération menée par Jean-Louis Borloo et Hervé Morin en exprimant des doutes sur son indépendance.

Plus de 200 militants et élus de l'Alliance, qui compte une quinzaine de parlementaires, se sont prononcés à la quasi-unanimité (1 contre et 1 abstention) contre leur adhésion à la confédération en approuvant une motion présentée par Jean Arthuis, réélu peu avant président du parti.

Ce texte "salue la création de la confédération et réaffirme sa volonté de prendre part au rassemblement des centristes" et exprime "son impatience d'adhérer à la confédération, dès que seront établis son indépendance, son positionnement au centre et son ouverture à tous les centristes".

En clôturant les travaux de son mouvement, Jean Arthuis s'est permis de "douter" à haute voix de la réunion de ces conditions. "Si le Parti radical est sorti de l'UMP, il faudra attendre octobre pour compter le nombre des députés et sénateurs ayant concrétisé cette option", a-t-il plaidé.

Le sénateur a également regretté que "la confédération puisse vouloir présenter un candidat en 2012 en proclamant avant le 1er tour vers quel autre candidat (Nicolas Sarkozy, ndlr) ira son ralliement". Et il a qualifié "d'étrange signal" le fait que la confédération encourage des candidatures contre des sénateurs centristes sortants.
Prévoyant l'issue de ce vote, aucun des quatre fondateurs de la confédération, Jean-Louis Borloo (Parti radical), Hervé Morin (Nouveau centre), Jean-Marie Bockel (Gauche Moderne) et Hervé de Charette (Convention démocrate), n'avait fait le déplacement à Angers.

En revanche, le patron du MoDem François Bayrou était présent à Angers au côté du centriste de l'UMP Pierre Méhaignerie.

"Ce moment est pour moi infiniment précieux", a confié à la tribune l'ancien candidat à la présidentielle. "Au-delà des parcours différents, nous n'avons jamais perdu de vue les uns et les autres que nous formions une famille d'esprit. Ces liens-là ne se sont jamais laissé affaiblir et je suis heureux de les voir aujourd'hui apparaître publiquement", a relevé M. Bayrou.

"Ce qui nous rassemble, c'est de faire partie d'une famille politique qui pense que le seul moyen de faire bouger les peuples, c'est de leur dire la vérité", a-t-il expliqué en évoquant la situation économique du pays.
"Nous sommes dans un pays en état d'urgence", a expliqué le patron du MoDem en citant en exemple le montant du déficit du commerce extérieur (7,5 milliards en avril) qu'il a qualifié "d'hémorragie".

Publié dans Dans les média

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article