Elections régionales 2010 - article de l'Union du 22 février

Publié le par Site du Mouvement Démocrate de l'Aube

 Le MoDem pour une parole libre

http://www.lunion.presse.fr/article/politique/regionales-2010-le-modem-pour-une-parole-libre

491564-0

«ON veut se situer au carrefour de l'environnement, de l'équité sociale et de l'efficacité économique » : en Champagne-Ardenne, la liste MoDem conduite par Marie Grafteaux-Paillard pour les élections régionales entend clairement proposer une « parole libre » au croisement de ces trois chemins. Autrement dit en dehors des sentiers balisés de la gauche et de la droite. Et avec une liste construite « dans la cohérence et l'unité », ce qui ne serait donc probablement pas le cas de certaines autres. L'environnement ? Pour la tête de liste régionale du Mouvement Démocrate, « l'écologie politique n'appartient à personne ». L'équité sociale ? Marie Grafteaux-Paillard estime qu'elle passe par une réelle solidarité entre les différents départements de la Région. A titre d'exemple, elle suggère ainsi d'accompagner financièrement les étudiants en médecine pendant leurs premières années d'étude, à condition qu'ils acceptent de venir s'installer ensuite dans les territoires où la démographie médicale est la plus faible. L'efficacité économique ? Pour Jérôme Barré, tête de liste départementale pour les Ardennes, elle passe par le développement du transport ferroviaire et fluvial, de la filière bois et d'une agriculture de proximité. En matière de formation, Jacques Jeanteur, conseiller général sortant en dernière position sur la liste, martèle la nécessité de réfléchir sur les causes plutôt que de traiter les conséquences. Poser les vraies questions « C'est la compétence de l'Etat et de l'Education nationale. Les élus MoDem sont les seuls à poser les vraies questions à ce sujet sans que l'on puisse les taxer de verser dans l'assistanat ou le libéralisme ». Jacques Jeanteur est tout aussi critique envers la réforme des collectivités territoriales, estimant que dans la mesure où on retire aux conseils régionaux et généraux toute capacité à lever l'impôt, les élus vont devenir « des gestionnaires de crédits d'Etat ». Raison pour laquelle le 14 mars au soir, le MoDem espère bien réaliser « le score le plus haut possible » pour pouvoir se maintenir au deuxième tour. « Si ce n'est pas le cas », confie Marie Grafteaux-Paillard, « il y aura alliance avec le projet le plus proche de nos idées ».

Bernard GIRAUD

Publié dans A lire

Commenter cet article