Elections régionales 2010 - article de l'Est Eclair du 6 mars

Publié le par Site du Mouvement Démocrate de l'Aube

Bayrou en visite dans l'Aube : « Les jeux ne sont pas faits ! »

0000429740-0 w 230 h 230
Venu hier soutenir la candidate Marie Grafteaux-Paillard, le président du MoDem estime que tout se jouera dans les dernières 48 heures de la campagne

 

- « Combien me coûterait une cabane en bois, construite en bord de forêt, sur environ vingt mètres carrés ? »
- « À peu près 40 000 €. »
Cet échange n'a pas été entendu dans une foire commerciale, mais hier à Courteranges, dans les ateliers des « Charpentiers de Troyes ». François Bayrou, le président du MoDem, venu soutenir la tête de liste régionale Marie Grafteaux-Paillard, n'a pas perdu son temps en rencontrant Erwin Schriever, le fondateur de cette entreprise.
Chaque visite semble pour lui l'occasion d'apprendre et de comprendre. Quid de la laine de bois par rapport à la laine de verre ? De quel type de construction et de restauration ces charpentiers sont-ils capables ? « Votre réputation vous précède », assure François Bayrou au maître des lieux, lequel expose avec force détails ses nombreux chantiers.
Mais retour au politique. François Bayrou est un expert en la matière. Il regrette que les deux principales forces « utilisent ces élections régionales pour soutenir ou désavouer le pouvoir en place, ce qui dénature ce scrutin ». Regret aussi que le président de la République « se comporte comme un chef de parti ».


« Des alliances sont possibles »


Quand on lui parle des sondages, le patron du MoDem estime que les intentions de vote vont encore évoluer dans la

dernière semaine. « Au MoDem, nous avons fait le pari de présenter des candidats qui ont la même expérience que les électeurs. Des gens qui, comme Marie Grafteaux-Paillard, méritent l'attention et la confiance. Je pense que tout se jouera dans les dernières 48 heures. Les jeux ne sont pas faits tant que les urnes ne sont pas ouvertes », assure-t-il.
François Bayrou se garde bien de tout pronostic pour le premier tour de scrutin. Et lorsqu'on lui demande ses perspectives pour un second tour, il évoque deux possibilités : « Au soir du premier tour, soit on garde notre indépendance si on dépasse 10 % des voix ; ou bien des alliances sont possibles avec des présidents ouverts, au cas par cas. »
Jean-Paul Bachy, tête de liste de la gauche et candidat à sa propre succession en Champagne-Ardenne, fait-il partie des candidats « ouverts » ? « On verra bien », répond laconiquement François Bayrou qui précise quand même ne pas se reconnaître dans la gauche plurielle telle qu'elle a existé dans le passé. Son positionnement aujourd'hui ? « Au centre. Si l'on veut ajouter quelque chose, gauche ou droite, c'est qu'on n'a pas compris ce qu'est le centre », adresse-t-il à ceux qui le situent à gauche.
À cet instant, passent dans le ciel des grues avec la traditionnelle disposition en « V ». « Le "V" de la victoire », affirme Marie Grafteaux-Paillard…

Les propositions majeures de Marie Grafteaux-Paillard

 

 

La liste MoDem, autrement dit « Osons, ensemble, pour la Champagne-Ardenne », met l'accent sur la notion d'exemplarité de la région en matière de développement durable.
D'une manière pratique, Marie Grafteaux-Paillard propose d'atteindre en 2020 l'objectif des trois « 20 » : -20 % de gaz à effet de serre, -20 % de consommation énergétique, et +20 % d'énergies renouvelables.
Parmi la douzaine de mesures mises en avant lors de ces élections régionales, figurent l'instauration du bio dans les lycées et les centres de formation des apprentis sous la forme d'un repas bio par semaine, la mise en place d'un « Pass région » pour utiliser les moyens de transport régionaux avec un seul ticket, ou encore le développement des énergies renouvelables, singulièrement la filière bois-énergie et l'énergie éolienne.
Le MoDem entend aussi mobiliser tous les acteurs sur le plan climat énergie régional en « revoyant son budget » et en organisant des « Assises de la mobilisation pour l'environnement ».

 

Quelle formation pour la menuiserie aluminium ?

 

 

Mercredi matin, juste avant de rencontrer Joël Paris, le maire de Marigny-le-Châtel, pour évoquer la situation de la SIRC, puis de rendre une visite aux Transports Ruch à Ossey-les-Trois-Maisons, Marie Grafteaux-Paillard est allée découvrir l'activité de la métallerie Gusiée. Une entreprise fondée en 1973 qui emploie aujourd'hui cinquante-trois salariés et une quinzaine d'intérimaires, et qui a su évoluer au fil des ans de la serrurerie-métallerie vers la menuiserie aluminium, et désormais vers les panneaux photovoltaïques.
Cette visite ne pouvait pas ne pas interpeller la candidate-professionnelle de l'éducation qui s'est naturellement inquiétée de ce qu'apporte la Région Champagne-Ardenne en termes de formation sur le créneau spécifique de la menuiserie aluminium. Et justement, la situation n'est pas idéale. Car dans ce domaine très pointu, il n'existe dans la région aucune formation.
« Il existe bien les Compagnons du Devoir, mais qui ne restent pas, et le CFA de Pont-Sainte-Marie, mais dont la formation n'est pas totalement adaptée. Et aujourd'hui, on ne trouve pas de personnel qualifié », confie Véronique Steyer, responsable de la comptabilité et des ressources humaines au sein de cette société, qui ne cache pas que le recrutement

devient une véritable épreuve. D'où l'embauche « de jeunes motivés qui sont ensuite formés sur le tas ».
S'agissant plus spécifiquement des panneaux photovoltaïques, Marie Grafteaux-Paillard devait profiter de cette visite pour rappeler l'une des propositions de sa liste MoDem : faire en sorte que le patrimoine régional, et notamment les lycées, soient équipés de tels panneaux, avec à la clé la perspective d'un retour sur investissement.

Publié dans Dans les média

Commenter cet article