ELECTIONS EUROPENNES Réaction du Président du Modem Aube

Publié le par Site du Mouvement Démocrate de l'Aube



La forte abstention (59,5 %) signifie que nous n’avons pas su mobiliser nos concitoyens mais c’est aussi le résultat d’une Europe qui s’est construire sans les peuples. Cela correspondait à une époque.

Si nous voulons que l’Europe change, nous ne pouvons pas le faire sans impliquer réellement les européens et surtout en respectant leur choix.

De cette élection, nous pouvons tirer les enseignements suivants :

- l’UMP a su mobiliser une part importante de ses militants. Mais en même temps, le score de 28 % est à relativiser dans la mesure où l’UMP regroupait toutes les droites.

- Le PS paie ses dissensions internes et un manque de lisibilité dans son projet européen.

- Europe Ecologie a mené une campagne intelligente. Ses représentants se sont attachés à parler d’écologie et d’Europe. Leur percée est aussi un signe positif dans la prise de conscience de nos concitoyens pour le développement durable qu’implique un autre mode de gourvernance et une croissance durable. En tant que Maire de Pont-Sainte-Marie devient une référence en matière de développement durable.

- Enfin, pour ce qui concerne le Mouvement Démocrate, notre engagement sincère pour une Europe sociale, démocratique et écologique a été brouillé par le débat sur la politique menée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement pendant les mois qui ont précédés les élections. En se laissant entrainer sur ce terrain, le Mouvement Démocrate a mis ses forces et son énergie dans un combat qui n’était pas celui de l’Europe.

En tout cas, pas celui qui nous aurait permis de mobiliser tous nos militants. L’analyse de cet échec, doit nous permettre de rebondir en nous appuyant davantage sur la promotion de nos valeurs et de nos projets plutôt que sur la critique des projets de nos concurrents. Nous vivons un moment difficile dans notre mouvement, c’est pourquoi nous devons nous mobiliser car notre voix est nécessaire au débat démocratique et, demain, d’autres élections nous attendent. Nous devons donc nous positionner comme une véritable force de proposition.

Nous devons savoir dénoncer les décisions que nous estimons contraires à l’intérêt de la France mais en même temps, nous devons proposer une alternative crédible aux français.

Pascal Landréat

Publié dans Dans l'Aube

Commenter cet article